Ce week-end, alors qu’il pleuvait des torrents et que le tonnerre gronder dans ma campagne Picarde, j’ai eu la bonne idée de commencer à lire Les Mémoires d’un chat de Hiro Arikawa !

J’ai tout de suite aimé le ton un peu badin du narrateur : Un chat nommé Nana (qui veut dire 7 en japonais, à cause de la forme de sa queue). Il nous présente sa vie de chat errant avant de s’attacher à son maitre presque par erreur.
On le suit donc au quotidien et le lien qui les unit tout les deux s’étoffe jusqu’a devenir très fort.
Le problème, c’est que son maitre veut s’en séparer pour des raisons « ne dependant pas de sa volonté ». Les voilà alors à faire un tour du Japon, rendant visite aux anciens amis de son maitre, dans l’espoir de placer Nana dans une bonne famille.

Ce livre je n’ai pas pu le lacher, je l’ai donc lu d’une traite jusqu’à 4h30 du matin je crois, en compagnie de mon chat qui me jettais des regards attendrissant devant les larmes qu’ont sucité la lecture des pages de ce roman. Oui j’ai pleuré, avec des vrais larmes de crocodile tant l’émotion était forte !
L’humour de ce chat, et sa désinvolture m’ont fait rire, mais aussi la sincérité, et la simplicité de son attachement m’ont rendue toute émue.

Je ne saurais trop vous presser à dévorer vous aussi ce livre génial !

%d blogueurs aiment cette page :